Chapitre 1 - La nuit tombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 1 - La nuit tombe

Message par Mickaël le Ven 10 Fév - 23:58



Qu'y a-t-il de plus austère, de plus oppressant, et pourtant de plus chargé de souvenirs, que les murs d'une salle de classe ?

Vous les connaissez aussi, n'est-ce pas ? Peut-être même font-elles encore partie de votre quotidien.
Assis derrière un bureau probablement barbouillé de dessins maladroits, œuvres d'élèves à la recherche désespérée d'un échappatoire à la morne litanie d'un professeur lui-même ennuyé par le ton de sa propre voix, vous patientez, chaque jour, jusqu'à la stridente mais non moins libératrice sonnerie de fin de cours.

J'imagine que vous auriez souhaité un début d'histoire plus enchanteur. Que je débute mon récit par une bataille épique dans les vallées enneigées d'une île perdue entre deux océans.

Patience. J'ai dans ma mémoire bien des contes répondant à vos attentes. Mais avant cela, il va falloir que nos pas foulent les couloirs gris d'un petit lycée dont on oubliait facilement le nom, mais qui deviendrait bientôt le théâtre de ce dont je vous parlais plus tôt.

Un jour extraordinaire.

C'était l'hiver, et les petites classes avaient pour avantage d'offrir un refuge chaud, à l'abri du froid qui recouvrait peu à peu les bancs écaillés de la cour bétonnée d'une couche de givre blanc.

Le regard accroché à l'horloge bon marché accrochée au-dessus du tableau noir, Alex Mayer soupira, probablement pour la quinzième fois en près de cinq minutes.

Assis au fond de la classe, comme à son habitude, avec ses deux acolytes Lise et Matthias, Alex comptait les secondes jusqu'à la sonnerie qui devrait le délivrer d'une énième journée d'ennui.

Dans grognement de lassitude, il balaya la pièce du regard à la recherche de la distraction idéale. A savoir celle qui devait tant l'occuper qu'embarquer avec lui la moitié de la classe dans une euphorie que le professeur peinerait à contrôler.

Malheureusement pour elle, la pauvre Myrtille Patterson ferait à nouveau les frais de l'ennui du jeune Mayer. En l'affublant d'un prénom discutable, le destin avait fait de la discrète jeune fille la cible idéale d'adolescents prêts à tout pour se donner en spectacle.

Ainsi, en deux claquements de doigts, Alex attira l'attention de Lise, à sa droite, et de Matthias, à sa gauche, avant d'arracher un morceau du chewing-gum qu'il ruminait nonchalamment depuis vingt minutes, pour le coller au bout d'une cartouche d'encre vide. Au premier manque d'attention du professeur, Alex lança d'un geste rapide le projectile, qui vint se coller sur le dos courbé de Myrtille.

Après quelques minutes, et quelques essais infructueux, six cartouches pendaient misérablement sur leur camarade, trop concentrée sur sa prise de notes pour se soucier regards amusés des adolescents qui l'entouraient.

Lorsque la jeune fille remarqua enfin les projectiles, un tiers de la classe explosa d'un rire moqueur, auquel Alex répondit en posant sur son bureau branlant les pieds chaussés de hautes bottines à moitié délacées dans lesquelles il avait rentré son pantalon de toile noire.

Tandis que le professeur, trop peu autoritaire pour se donner la peine de calmer l'hilarité générale, ignorait volontairement les provocations du perturbateur, une élève assise au premier rang se mordilla la lèvre inférieure, inspira profondément pour apaiser sa colère... Avant de plaquer bruyamment le crayon qu'elle avait en main contre son pupitre.

Après avoir fait volte-face, Éliane Robbins, élève modèle que personne ne se risquait pourtant à provoquer, quitta sa chaise tandis que son professeur détournait à nouveau les yeux vers ses fiches, à moitié chiffonnées entre ses mains.

Ses longs cheveux bruns volant au rythme d'une démarche assurée, Éliane gagna le dernier rang sans détourner d'Alex de grands yeux bleus foudroyants. Égal à lui-même, ce dernier arqua un sourcil dans un rictus provocateur, avant de croiser les jambes en ébouriffant la courte mais non moins indomptable crinière dorée qui surmontait son visage fin.

- Je peux savoir ce qui t'amuse ? tonna Éliane en plaquant ses mains sur le bureau de son camarade.
- C'est moi qui devrais te poser la question... Après tout, t'as l'air d'être la seule à ne pas te marrer ici !

Accompagnant son geste, le jeune Mayer écarta les bras en balayant la classe des yeux. Pour seule réponse, Éliane écarta ses pieds du bureau d'un brutal revers de main.
L'adolescent adressa un coup d’œil amusé à Lise et Matthias. Dénués de la moindre once de répartie, ces derniers se contentèrent néanmoins de répliquer par un retroussement de babines qui avait au moins pour avantage de détourner l'attention de leur regard vide.

Petit et mince, Alex n'avait pas de quoi impressionner avec sa carrure. Mais son assurance lui avait toujours valu l'admiration, ou la crainte des élèves les plus influençables. Ainsi, après avoir quitté son bureau d'un bond agile, le perturbateur se positionna face à sa camarade stoïque, replaça les mitaines qui recouvraient la moitié de ses doigts fins, et remonta les manches de sa veste kaki à haut col délavée.

- Est-ce que je suis venu te déranger Robbins ?
- Non, tu n'aurais jamais fait ça, Mayer. Tu n'aurais certainement pas pris le risque que ta cible ose se défendre. Les plus faibles... Ça c'est ton truc, Monsieur Courage.

Éliane croisa les bras sur son large pull en laine blanc, adressa un dernier regard dédaigneux à son camarade, replaça ses longs cheveux d'un geste de la main, puis tourna les talons pour rejoindre sa place. Juste avant de s'asseoir, la jeune fille adressa néanmoins un dernier regard à son professeur.

- Et maintenant, vous allez le virer d'ici ou ça aussi, il va falloir que je le fasse à votre place ?

Bien qu'habitué au ton cassant d'Éliane, le reste de la classe, qui avait assisté à la confrontation d'un œil avide, réagit par un concert de gloussement étouffés.

Alex, quant à lui, ne se laissa pas abattre, bien trop friand des petites joutes verbales qui agrémentaient son quotidien. Sans perdre son large sourire provocateur, il sauta par dessus son bureau pour reprendre sa place.

Le monologue du timide professeur aurait dû reprendre son cours, pour se poursuivre jusqu'à la dernière sonnerie de la journée.

C'était sans compter sur la remarque d'un élève installé près de la fenêtre.

Je doute que cet adolescent, dont je ne saurais pas même vous donner le prénom, ait su, lorsqu'il l'a prononcée, que sa question marquerait le départ de l'épopée qu'il m'est si cher de vous conter.

- Tiens, dit-il, le regard levé vers le ciel, elle ne brille pas un peu fort, cette étoile ?
avatar
Mickaël
Admin

Messages : 33
Date d'inscription : 01/01/2017
Age : 28
Localisation : Neverland

http://grenierentremondes.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre 1 - La nuit tombe

Message par Renarde le Sam 11 Fév - 0:32

1) Ton style a fait un bon en avant, y'a pas à dire.
2) J'adore cette fin de chapitre.
3) Éliane, épouse-moi.
4) Bien que réveillant mes hormones, je déteste cordialement Alex. Donc je te déteste. CQFD.
5) La suite je vous prie. Histoire que j'ai quelque chose de négatif à dire au lieu de te cirer les bottes.
avatar
Renarde
Admin

Messages : 2
Date d'inscription : 08/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum