Chapitre 12 - Kerlan Teriak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 12 - Kerlan Teriak

Message par Mickaël le Mar 28 Fév - 2:31

Alex fut déposé quelques minutes plus tard devant la porte d'une maison bien plus modeste que le Manoir Jarkon.

Dernière d'une rangée composée d'une dizaine d'habitations qui bordaient un espace vert commun entouré de hautes colonnes de marbres, la petite demeure possédait également son propre jardinet, garni de plantes colorées que l'adolescent n'avait jamais vues auparavant.

À première vue, la maison semblait plus appartenir à une vieille dame qu'à une Lady hautaine et menaçante.

Et ce fut exactement ce qu'Alys Teriak s'avéra être.

Vêtue d'un t-shirt maculé de tâche et d'un pantalon de lin trop larges pour elle, la vieille dame aux yeux bridés sortit en trombe de chez elle lorsqu'elle aperçut le jeune homme devant sa porte. Essoufflée, la vieille dame s'essuya du revers de main qui n'était pas recouvert d'éclaboussures de peinture, écartant au passage l'une des épaisses mèches grises de la courte chevelure indomptable qui venait le lui chatouiller le haut du visage.

- Tu dois être le jeune homme dont on m'a parlé ! s'exclama la vieille dame.

Cette dernière dressa une main accueillante vers le jeune homme, et la rangea aussitôt après avoir constaté son état.

- Excuse-moi cet accueil mon garçon, j'étais en train de peindre !
- Quelques indices m'avaient mis sur la voie ! répondit le garçon avec humour. Je m'appelle Alex. Le garçon de l’Étoile, c'est moi !
- Alys Teriak ! C'est un honneur !

Aussi surexcitée que maladroite, la vieille dame fit signe à Alex de la suivre, et l'accueillit dans le salon le plus désorganisé dans lequel il eut, jusqu'ici, l'occasion de poser les pieds.

Au beau milieu d'une pièce à vivre composée essentiellement de vieux meubles dépareillés décorés de bibelots d'un goût douteux avaient été entreposées diverses toiles inachevées. Malgré le grand drap blanc destiné à protéger le parquet vieilli de la folie créative de la vieille dame, des éclaboussures multicolores avaient échappé à tout contrôle et parsemaient désormais tables, chaises et murs, sans même épargner les marches de l'escalier longeant pourtant le mur opposé.

- Il y avait tellement longtemps que je n'avais pas peint, commenta Madame Teriak en balayant avec enthousiasme le parterre de toiles qui s'étalaient sous ses pieds. Mais je manque à mes devoirs d'hôtesse, assieds-toi mon garçon !

Comme toute grand-mère qui se respecte, Alys Teriak tenta de gaver son invité de mille et une pâtisseries.

- Tu es aussi maigre que mon petit fils, commenta la vieille dame en découpant un fruit orange inconnu à la chair épaisse et juteuse. Mais au moins, il pourra te prêter quelques vêtements.
- Ce serait cool de sa part. J'avais la tête ailleurs, j'ai oublié de faire ma valise avant de me faire aspirer par le ciel !

Alex croisa les jambes sur sa chaises, se frotta les mains, et dévora tout ce que Madame Teriak lui servit.

- Donc votre petit fils vit avec vous ?
- Exactement ! Je suis sûre que vous vous entendrez à merveille !

Mais une légère grimace nerveuse trahit les incertitudes de la pauvre Madame Teriak, qui avait déjà compris qu'une difficile cohabitation s'annonçait.

Alys Teriak et Alex discutèrent pendant une demie-heure, sans que la vieille dame ne tienne rigueur de la désinvolture de son jeune invité, qui avait déjà pris ses aises en croisant les pieds sur la table tout en échangeant sur les mystères du Royaume.
C'était probablement pour cette raison, d'ailleurs, que l'hôtesse passait déjà à Alex ses mauvaises habitudes : il était curieux, avide d'anecdotes croustillantes sur son nouveau monde. Quant à elle, elle aimait beaucoup parler. Il ne fallut donc pas plus de trente minutes à la vieille dame pour agir avec l'adolescent comme une grand-mère avec son petit-fils préféré.

Son véritable petit-fils, lui, finit par les rejoindre un peu plus tard, tandis qu'Alys présentait à son invité les quelques peintures qu'elle avait achevées.

Le garçon, visiblement pas plus âgé qu'Alex, passa la porte sans d'abord voir l'adolescent, accroupi à cet instant devant un tableau posé au sol.

- Mamie ! Je t'ai ramené des...

La voix du garçon se perdit au fond de sa gorge lorsque les yeux bridés bleus qui ornaient son visage fin se posèrent sur l'étranger.

Malgré sa grande taille et une carrure fine mais athlétique, le nouveau venu manquait autant d'assurance qu'Alex en avait à revendre. Tâchant de se donner un minimum de contenance, l'adolescent passa une main dans l'épaisse chevelure noire mi-longue rabattue vers l'arrière de son crâne en un petit chignon négligé.

Tâchant de briser le malaise ambiant, Alys Teriak prit aussitôt le relais des présentations.

- Kerlan, je te présente Alex Mayer ! C'est le garçon qui...
- Le voyageur, oui, poursuivit Kerlan en tendant une main timide. J'en ai entendu parler.
- C'est moi ! s'exclama joyeusement Alex en lui serrant la main avec énergie. Ça va être chouette de parler à un ado du coin. C'est pas avec Robbins que je vais pouvoir aller m'éclater par ici hein mon pote ?

Alex accompagna ses mots d'une tape sur l'épaule, achevant d'embarrasser son interlocuteur, qui baissa les yeux pour dissimuler ses joues rosies.

- Madame Teriak, quant à elle, laissa échapper une nouvelle grimace et un léger soupir de dépit.

Mais ainsi naissent les plus grandes histoires... On y conte souvent comment, de rencontres anodines, fleurissent les plus solides alliances, comme les plus puissants adversaires.

Personne ne l'aurait deviné, ce jour là, et certainement pas les principaux intéressés.

Et pourtant...

Mais pour l'heure, la pauvre grand-mère tentait de nouer des liens entre les deux adolescents, de toute évidence radicalement différents. Elle proposa ainsi à son timide petit-fils d'emmener Alex dans la chambre d'amis dans laquelle il résiderait. Les garçons grimpèrent donc, en silence, les escaliers de bois parsemés d'éclaboussures de peinture, pour atteindre l'étroit couloir de l'étage, qui s'étendait sur quelques mètres au long desquels se succédaient quatre pièces réparties de chaque côté.

- Ta chambre est ici, annonça Kerlan en ouvrant la première porte sur la droite.

La pièce était modeste, mais accueillante malgré tout. Un large lit à la haute tête de bois était entouré de deux tables basses recouvertes de statuettes de bois taillées à la main. Sur les murs, des tableaux colorés décrivaient tantôt les vastes paysages du Royaume baignant dans les lueurs discrètes du soleil matinal, tantôt les ruelles bondées d'artistes et de passants admiratifs de Vélicia...

- C'est ta grand-mère qui les a peints ?
- Crois-moi, elle ne laisserait personne d'autre décorer sa maison..., répondit timidement Kerlan, évitant Alex du regard.

Sans attendre, ce dernier se jeta sur le lit, joignant ses mains derrière la tête pour savourer le confort d'un matelas ferme et d'une couette confortable.

- Tu as une armoire ici, n'hésite pas à t'en servir, poursuivit Kerlan sans prêter attention à son invité. Je te rapporterai des vêtements pour que tu puisses te changer... Et le bureau est vide. Si tu as besoin de... Enfin...
- Je doute qu'il me soit utile, répondit Alex en jetant un œil au meuble bancal posé contre le mur, sous l'unique fenêtre de la chambre. J'imagine qu'on aura plutôt besoin de moi avec une épée à la main plutôt qu'un stylo !
- Une épée ?

Kerlan n'avait pas réussi à contenir sa surprise. Dubitatif, il fronça brièvement les sourcils, et se tourna vers son interlocuteur.

- Il paraît que les derniers à être venus d'aussi... loin pour atterrir ici ont vécu un sacré paquet d'aventures. Je ne pense pas qu'une pile de devoirs de maths en fasse partie.
- Il y a des Protecteurs pour ça.

Le ton de Kerlan, jusqu'ici timide, s'était durci. Alex, à qui cela n'avait pas échappé, se redressa dans un haussement de sourcil.

- Il y a un problème ?
- Tu ne peux pas simplement débarquer ici et... Et prendre une épée pour sauver le monde !

Le garçon enfourna ses mains dans ses poches pour en cacher les tremblements nerveux

- Donc qu'est-ce que je fais ici d'après toi ? Du tourisme ?
- Je n'en sais rien ! Mais tu ne peux pas arriver comme un héros et prendre la place des autres...
- Ah je commence à saisir mon pote..., répliqua Alex en bondissant du lit avec agilité. T'as pas peur que je choppe la place de quelqu'un d'autre. T'as peur que je pique TA place.
- Tu racontes n'importe quoi..

Mais Alex avait cruellement visé juste, et Kerlan rompit leur fragile contact visuel sous le poids de l'embarras. Malheureusement pour lui, l'étranger n'en avait pas terminé avec lui, et lui adressa un sourire en coin, non sans une once de dédain.

- Qu'est-ce que je devrais faire alors ? Rester en arrière plan ? Ignorer tout ce que j'ai appris aujourd'hui, et les pouvoirs que je suis censé posséder parce que des types comme toi ne se sont pas réveillés à temps pour sauver la situation ?

Emporté par sa tirade, et dans une volonté à peine dissimulée d'humilier son nouveau colocataire, Alex s'appuya nonchalamment sur son épaule.

- Si t'avais envie de jouer au héros et voler au secours de la veuve et de l'orphelin, fallait te remuer quand t'en avais l'opportunité mon pote... Maintenant, retourne jouer avec tes épées en carton derrière les murs confortables de ta petite chambre, d'accord ?

Et tandis qu'il bondissait à nouveau sur son lit, il ajouta, sans un regard pour l'adolescent aux yeux rivés sur le parquet, rouge d'embarras :

- Je te ferai signe quand j'aurai sauvé le monde.

avatar
Mickaël
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 01/01/2017
Age : 28
Localisation : Neverland

http://grenierentremondes.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum